Compte-rendu projection-débat « Les FTP-MOI dans la Résistance »

Projection-débat du film documentaire « Les FTP-MOI dans la Résistance » sorti en 2013

18 février 2016 à 18 heures, auditorium de l’Hôtel de ville de Paris

les ftp moi dans la résistance large

Compte-rendu et brefs commentaires de Michel Martineau

Tribune :

– Julien Lauprêtre, président du Secours Populaire
– Georges Duffau-Epstein, fils du colonel Gilles
– Laurence Karsznia, réalisatrice
– Mourad Laffitte, réalisateur
– Catherine Vieu-Charier, adjointe à la maire de Paris chargée de la Mémoire et du Monde Combattant

Dans la salle :

– Arsène Tchakarian, ex-FTP MOI, historien né en 1916
– Amiral J.C. Barrère, directeur de la fondation Charles de Gaulle
– Famille d’Henri Krazuki

Dans son introduction, la maire ajointe fait l’éloge d’Olga Bancic. Elle évoque le fléau du racisme et de l’antisémitisme, toujours actuel. Elle souligne l’engagement des 22 fusillés du 21 février 1944 au Mont Valérien. Elle appelle l’attention de la salle sur la présence du fils du colonel Gilles et de Julien Lauprêtre.

Le film débute par les dernières lettres de Manouchian et de Wolf Wajsbrot. On est dans l’émotionnel, on va y rester. On présente la MOI crée en1923 et sa référence à la CGTU. Le propos s’appuie sur des interventions de gens connus : Alya Aglan, Benoit Rayski, Arsène Tchakarian et moins connus : la nièce de Mélinée Manouchian, Katia Guiragossian et une dame âgée très charismatique, la sœur de Wajsbrot.

Le Parti communiste apparaît comme un des vecteurs de la défense de ces étrangers polonais, juifs, italiens, espagnols. Ils seraient 2 500 000 vers 1935. Leur motivation : la France est le pays des droits de l’Homme avec la référence au siècle des lumières.

Ensuite, s’enchaînent le Front Populaire, la guerre d’Espagne.

Guy Krivopissko, directeur du Musée de la Résistance Nationale intervient ensuite et s’exprime en termes généraux sur les sujets qu’il aborde. Dans le débat qui a suivi, l’antifascisme, le rôle de Manouchian et le génocide arménien ont été soulevés ainsi que la presse xénophobe, de « Gringoire » à « Je suis partout » sans oublier les écrits de Maurras et le rôle de la MOI CGTU.

La résistance armée est ensuite évoquée. Selon les intervenants, elle aurait eu un poids déterminant sur le cours de la guerre ! Il y a une sélection des références. Il n’est question que de Bourdarias le résistant communiste fusillé par les Allemands pour avoir été l’un des exécutants du lieutenant-colonel Karl Hotz à Nantes et seulement de lui. On oublie la participation de Brulstein et Guisco et on néglige les effets collatéraux de leurs gestes : les 48 otages exécutés en représailles. .

On fait partir la résistance communiste en juin 1941, mais on ne parle pas de Fabien et des conséquences humaines sur les otages de l’assassinat de l’aspirant Moser à la station de métro Barbès à Paris.

On parle d’avril 1942, date de l’engagement de Manouchian, et du printemps 1943 où l’on voit apparaître Epstein, qui devient la clé de voûte mémorielle de l’année 1943.

On évoque le détachement Carmagnole… On parle de Rol Tanguy et d’Epstein liés par la guerre d’Espagne. Une évocation surprenante présente des liens qui auraient existé entre Jean Moulin et Epstein avant guerre.

On en arrive au printemps 1943 : Epstein serait chef militaire de Paris RP et Boris Holban sera remplacé par Missak Manouchian.

Un assez long développement est consacré à Carmagnole et Marcel Langer.

On évoque l’affaire Faure Pinguely (1) sortie de son contexte et de ses conséquences.

Il est reconnu que les FTP sont peu nombreux mais qu’ils ont fortement inquiété les Allemands. J’y apprends que le général de Gaulle n’a pu prendre le pouvoir à Alger que grâce à Fernand Grenier, le communiste…

Au cours du film, il a fallu attendre pour que le rôle déterminant de la police française soit reconnu explicitement. Il y avait toujours le sous-entendu « d’arrêté par la Gestapo, les fascistes ». Il aurait été plus juste de dire que c’est la police française qui a fait l’essentiel du travail fin 1943 et combattu pour la libération de Paris en août 1944.

On aborde ensuite le thème : « A quoi a servi la Résistance ? » avec cette notion nouvelle de
« l’ esprit de résistance », de portée générale et actuelle. On donne la parole (enregistrée) à Stéphane Hassel, décédé en 2013, qui parle d’humanisme, de valeurs fondamentales et apporte sa caution de gaulliste de la première heure.

Après, il y a un eu un débat sur l’Affiche Rouge. J’ai des doutes quant à l’affichage généralisé en France et sur l’effet de mobilisation du peuple.

Heureusement, Benoît Rayski met bien les pendules à l’heure sur le dénouement parisien et le rôle déterminant de la police française.

Suivant le plan des réalisateurs, on parle du procès de l’hôtel Continental ; et Monsieur Lauprêtre rappelle les souffrances actuelles et une nouvelle Résistance dont il se fait le porte-parole.

Mourad Laffitte oriente son intervention conclusive sur les valeurs du CNR, la nouvelle montée du fascisme et d’un nouvel anti-sémitisme.

En conclusion :

On peut dire que les réalisateurs ont atteint leurs objectifs mais qu’ils ont omis de parler des effets collatéraux et de faire un rapprochement avec l’action des FTP français. Le rôle déterminant de la Préfecture de Police de Paris a été très sous-estimé.

J’ai été surpris de voir passer à la trappe une personnalité de la taille de Pierre Georges dit colonel Fabien alors qu’on a parlé de Brulstein, de Salkinov et de Bourdarias. A l’inverse, j’ai constaté que le colonel Gilles prenait de plus en plus d’importance…

Il y a encore du travail pour les chercheurs aux archives de la PP et aux AD 78, à Saint Quentin en Yvelines, référence 1 W175.

Michel Martineau

24 février2016

NB : voir par ailleurs le livre très récent de Franck Liaigre, « Les FTP, nouvelle histoire d’une résistance », ed. Perrin, 2015

(1) Sous Vichy, il y eut une justice d’exception sous le contrôle allemand mais aussi en concurrence avec les tribunaux du Reich. Le conseiller Jacques Faure-Pinguely présidait la section spéciale de Lyon du tribunal d’état. Il fut abattu chez lui par des FTP en décembre 1943, après le procès avec condamnation à mort de Simon Frid-Rabinovitch.

L’avocat général de Toulouse Pierre Lespinasse qui avait obtenu la tête du responsable FTP MOI
Marcel Langer en juillet 1943, sera tué en octobre 1943 par un homme seul de 7 balles de 7,65 en allant à la messe.

Il faut rappeler que les magistrats comme les policiers étaient les mêmes avant, pendant et après la guerre. Cette remarque vaut pour toutes les structures administratives de la France.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Compte-rendu projection-débat « Les FTP-MOI dans la Résistance » »

    • On ne peut pas parler de propagande!
      Il y a des faits incontestables.
      Mais comme je l’ai écrit,il y a des oublis ,des exagérations,une minoration du rôle décisif de la Préfecture de Police dans la répression.
      Moi ,j’ai regretté que l’on ait passé sous silence les nombreux FTPF arrêtés à cette époque et eux aussi fusillés au Mont Valérien :Cas,Morin,Drouhot,Haudeleine,Roeckel,Citerne,Charpentier,Durand…..

      mm

      J'aime

    • Pour l’essentiel,on ne peut pas parler
      de propagande!
      Il y a quelques faiblesses.On ne.
      parle pas des dégâts collatéraux,on minore le rôle déterminant de la Préfecture police.
      Pour moi,le grand oubli ,c’est de ne pas avoir parlé de la cohorte des FTP non Moi,fusillés au même moment
      au Mont Valérien.
      J’évoquerais le souvenir de Cas,Morin,Durand,Citerne,Roeckel
      Haudeleine,Drouhot, et bien d’autres repris dans l’ouvrage d’Arsène Tchakarian « les fusillés du Mont Valérien..
      L’auditoire étant composé d’anciens résistants et de familles,l’ambiance était à l’émotion .
      Il n’y eu pas de contradicteur.

      Michel Martineau

      J'aime

  1. Tout à fait OK sur les aspects factuels, mais j’évoquais une propagande bien-pensante. Cet adjectif (pour lequel j’avais omis le « -« ) a son importance !
    Lors de cette conférence, beaucoup d’entre-soi, une Mémoire lissée et aménagée pour plaire. Ce n’est plus de l’Histoire … et cela se rapproche parfois de la propagande ou de l’agit-prop.
    Ceci étant, présenter du super-factuel, avec ses doutes et ses remises en cause, ce n’est pas aisé quand le public « découvre » et surtout « voudrait » écrire les faits suivant sa grille de valeurs. Histoire, Mémoire, … toujours compliqué !
    Jean-Michel

    Aimé par 1 personne

  2. Tout à fait d’accord avec Jean-Michel Ardenot sur « la propagande bien-pensante », « l’entre-soi », « la mémoire lissée et aménagée pour plaire ». Analyse appropriée.

    C’est le mérite du compte-rendu de Michel Martineau, d’avoir éclairé l’événement, à sa façon.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s