A la recherche du mitrailleur RAAF Loder épisode 1 : Tout vient à point à celui qui cherche !

Par A. Martineau (membre de l’HSCO)

Un minuscule carnet de notes avec ces quelques mots inscrits par mon grand-père, le commissaire de police Franck Martineau, le samedi 30 mai 1942 : « Avion abattu à Bonneuil ».

carnet-1942-page-10-agenda-franck-martineau

En 2003, muni de ces maigres éléments, Michel Martineau (mon père), me confie la mission de retrouver un des hommes faisant partie de l’équipage à bord de ce fameux avion abattu.

Dans l’histoire familiale, le nom de cet aviateur secouru par mon grand-père n’a jamais été oublié : Godefroy LODER. L’espoir de le retrouver semble néanmoins faible : notre vétéran australien s’il a survécu à la guerre, doit avoir au minimum 80 ans au moment où je commence mon enquête.

Nous sommes donc en 2003. Internet est déjà (dans une moindre mesure) un outil extraordinaire : la clef d’accès à des millions d’informations, une bibliothèque sans limites pour celui qui a l’esprit curieux. Je démarre avec de sérieux atouts : Je suis bilingue, je dispose subitement de beaucoup de temps libre et d’un accès illimité à Internet sur mon lieu de travail blotti au milieu de vallées écossaises verdoyantes. Mais surtout, j’aime les enquêtes et je relève le défi qui m’attend avec enthousiasme !

Pendant plusieurs jours, j’épluche minutieusement les bases de données d’archives de la RAF (Royal Air force), de la RAAF (Royal Australian Air force) qui me conduisent vers d’autres sites moins officiels. Le Royaume-uni et l’Australie semblent déjà très en avance sur la France en matière d’accès en ligne aux archives de guerre. La pêche s’avère rapidement fructueuse puisque je parviens à identifier avec certitude «  l’homme au parachute  » que mon grand-père a retrouvé en ce mois de mai 1942, accroché sur le château d’eau de Garges-lès-Gonesse, non loin de Bonneuil-en-France (Val d’Oise ex-Seine-et-Oise).

Archives de la RAAF, registre WW2 Nominal Roll, archives du Commonwealth Department of Veteran’s Affairs

J’apprends que « Godefroy » Loder s’appelle de son nom complet Godfrey Hugh Loder, qu’il est né en décembre 1921 en Australie et qu’il était adjudant dans la RAAF. Au moment des faits qui concernent mon grand-père, il est âgé de 20 ans. Il a été mobilisé en août 1940. Le registre indique qu’il a été prisonnier de guerre (POW) et sa démobilisation effective en novembre 1946. Notre mitrailleur s’en est donc sorti « indemne ». La recherche peut continuer…

Archives de la RAF, section de la RAF Bomber Command 1939-1945, journal de campagne, mai 1942

L’entrée du 29/30 mai 1942 mentionne la sortie de plusieurs escadrons sur la zone de Paris/Gennevilliers. La cible est l’usine Gnome et Rhône située au Petit-Gennevilliers à environ 10 km à vol d’oiseau de Bonneuil-en-France/Garges-lès-Gonesse, lieu du crash de l’avion de Godfrey Loder. Le rapport déclare que l’usine a subi très peu de dommages. Opération aérienne désastreuse qui se fait au détriment hélas des civils (38 logements totalement détruits, 37 morts, 167 blessés).

seine-et-oise-vintage-2

A gauche, la cible à Gennevilliers, à droite le point d’impact de Godfrey Loder

(Source photo : histoire-nanterre.org)

La liste des avions militaires de sortie cette nuit là est considérable (77). Comment retrouver celui dans lequel se trouvait Godfrey Loder ?

Site de Peter Dunn Australia @ War/section pilotes, équipage et opérations de l’escadron 460 pour l’année 1942

La visite de ce site amateur compilant à titre gracieux et au fil des années des quantités phénoménales d’informations sur la Seconde guerre mondiale -option Australie- a été déterminante pour la suite. J’y découvre enfin la liste complète des membres d’équipage d’un escadron du « 460 », à bord d’un Vickers Wellington en mission sur la région parisienne le 29 mai 1942. Godfrey Loder y figure, c’est un gunner, un mitrailleur. Le seul autre survivant du crash se nomme C.H. Younger. Il tenait la position de navigator.

Site de l’ADF serials Australie/section Vickers Wellington

Le mystère du Wellington est définitivement résolu grâce à cet autre site de bénévoles australiens férus d’Histoire. Le Wellington est un bombardier de type Mk.IV, il porte le numéro d’identification Z1391, et est reporté perdu dans la nuit du 29 mai 1942. En regard sont inscrits les noms de Loder et Younger.

vickers-wellington-mk-iv

Bombardier Vickers Wellington Mk.IV

(Source photo : www.wwiivehicles.com)

Australian White pages

L’Australie, c’est vaste… 23 millions d’habitants en 2003. Je ne doute vraiment de rien (il faut parfois y aller au culot !) en entrant les nom et prénoms de mon mitrailleur. L’annuaire me propose une seule et unique réponse, en Nouvelle-Galles du sud à la pointe sud-est du continent…

Suite au prochain épisode !

Sources dans l’ordre cité :

www.raf.mod.uk

www.ww2roll.gov.au

www.dva.gov.au

http://www.nationalarchives.gov.uk

www.ozatwar.com

www.adf-gallery.com.au

 

Publicités