Des Russes à Poil ?

DES MAQUISARDS SOVIÉTIQUES À POIL ET OUBLIÉS DANS LE SUD MORVAN

poil morvan
(source : poil-morvan.fr)

La lecture terminée du livre de notre ami Gérard Soufflet, « MAQUISARDS RUSSES en Bourgogne», je me gratte la tête, perplexe.
DES RUSSES  À POIL ?
Surréaliste !

Je suis passé à Poil dans mes périples historiques nivernais, quand je rendais visite au Musée de la Résistance de Saint-Honoré-les-Bains.
Je n’ai rien vu, rien su.

La tombe d’un résistant russe,  signe pourtant , aujourd’hui, cette réalité d’hier.
C’est à Poil que le fameux maquis Louis, du nom de son chef, un anglais parachuté s’est un temps installé.  « Ce maquis Louis eut une telle réputation que les Allemands ne l’attaquèrent jamais et qu’on le recommandait. Son influence est allée jusqu’à Saint-Honoré-les-Bains, communes de Luzy, Millay, Chiddes et Villapourçon. » raconte Jacques Canaud  « le grand spécialiste des maquis du Morvan ». Qui dit mieux  dans la légende?

Canaud ignore les maquis  russes qui allaient et venaient dans ces cantons du Sud-Morvan de la Nièvre en 1944 !
D’ailleurs tous les  auteurs des récits la Résistance dans la Nièvre les ignorent.
Même Hubert Verneret dans la brochure « Le Maquis Louis et la bataille d’Autun journal d’un maquisard » éditée par Camosine en 2008, fait silence sur ces combattants venus de l’Est, prisonniers des Allemands, évadés de leur camp de travail en France, orientés vers une filière d’accueil du Parti communiste et installés dans  le groupe F.T.P. M.O.I.

J’ai rassemblé sur mon bureau tout ou presque de la littérature historique spécialisée sur le «  Hérisson du Morvan » ce lieu de passage obligé des troupes allemandes en retraite. Rien sur les Soviétiques.
Je me suis mis sur les rangs de ces historiens ignorants puisque j’ai produit un court récit sur « Le Morvan des Colonels », 4è partie de mon livre « Dans le labyrinthe des secrets de la Libération » éditions AàZ 2011.

Puis j’ai plongé dans le Cloud de mon Mac à la recherche de documents dispersés.
-« Ничего, никаких следов »-   ce qui en russe veut dire : « Rien, aucune trace »
Qui donc avait intérêt à gommer leur présence ?

Ces maquisards soviétiques, comme beaucoup d’autres, ont bien laissé quelques cicatrices moins glorieuses dans les fermes visitées, à la recherche de vivres  ou d’argent. Là encore, peu de bruit s’est imprimé dans les mémoires polluées par des craintes  qui sans doute encore perdurent.

J’ai perçu chez l’auteur un certain sentiment de tendresse pour ces jeunes combattants abandonnés par la France, enterrés sous la terre de Bourgogne ou repris par une mission militaire soviétique qui leur a demandé de rudes comptes et offert de durs destins.
Le détachement « Leningrad » effectue un  sobre retour  dans l’Histoire de la France résistante.

Le livre de Gérard Soufflat  vaut le voyage.Avec cet ouvrage comme guide. je vous recommande aussi d’aller à Poil, cette petite commune  au pied du Mont Beuvray, visiter son cimetière, vous incliner sur la tombe de ce soldat venu du froid et  monter jusqu’à Bibracte, en choisissant la journée gauloise… ou bien vous rendre à Château-Chinon et visiter le musée François Mitterrand.

Dans ce Sud-Morvan la nature y est très  belle au printemps, et l’Histoire riche d’épopées qui remontent à nos ancêtres les Gaulois.

Gilbert Moreux

===========================================================================================================================================================
DONATION AU MUSÉE DE LA RÉSISTANCE DE SAINT-HONORÉ LES BAINS

INVITATION

Musée de la Résistance
Éditions AàZ
1 rue Joseph Duriaux 18300
58360 St Honoré les Bains
Sury en Vaux

Le 15 Mai 2012

Mardi 5 Juin, à 11 heures,

Gilbert Moreux, historien, auteur du livre « Dans le Labyrinthe des secrets de la Libération, résister aux vérités convenues » fera don au Musée de la Résistance de Saint Honoré les Bains, de la copie du rapport de Colonel HUTCHISON, héros de la Résistance,commandant d’une mission Jedburgh parachutée dans le Morvan,

Ce rapport fait partie du fonds Jean de Vogüé, déposé aux Archives Nationales. Le don est fait avec l’autorisation du propriétaire, Patrice de Vogüé.

L’auteur fera une brève intervention sur l’intérêt historique de ce rapport adressé en Octobre 1944, par Jean Lebaudy, à Jean de Vogüé, un des trois dirigeants du COMAC, Comité d’action militaire, créé en février 1944, pour diriger les Forces françaises de l’intérieur(FFI).

Nous avons le plaisir de vous inviter à cette cérémonie qui sera suivie d’un vin d’honneur et vous adressons nos salutations distinguées.

Mr Jault Mme Sylvie Balland

=========================================================================================================================================================
Une copie du rapport du lieutenant-colonel Hutchinson au musée de la Résistance

PHOTO ST HONORÉjpeg

Gilbert Moreux remettant le rapport Hutchinson à Norbert et Luce Jault.

(crédit photo : lejdc.fr)

Article paru dans le JDC du 8 juin 2012 par Paule Gauthé-Ranty

Lieutenant-colonel Hutchinson Musée de la Résistance

Publicités

Info publication/« Maquisards russes en Bourgogne »

Des mines de Montceau à la forêt de Châtillon-sur-Seine,
un aspect surprenant de la Résistance,  » Maquisards russes en Bourgogne, histoire du détachement Léningrad 1943-1944  » est le premier ouvrage de notre membre Gérard Soufflet, préfacé par Jean-Marc Berlière.

Soufflet_maquisards_russes

De la plaine de la Saône au Morvan, des mines de Montceau aux
forêts du Châtillonnais, durant une année, d’octobre 1943 à la
Libération, des Soviétiques, évadés de camps de travail allemands,
ont formé un maquis qui a sillonné trois départements
bourguignons.
Pour retracer leur histoire, Gérard Soufflet a exploité divers fonds
d’archives, en France et en Pologne, et retrouvé les derniers
témoins de leur passage.
Sont ainsi éclairés et reliés entre eux nombre de faits restés
jusque-là inexpliqués : sabotage aux mines de la Machine, maquisards
inconnus tués et abandonnés dans la vallée de l’Arroux,
assassinats aux abords de la forêt de Gergy, pillages effectués par
des hommes « parlant étranger »… On comprend comment la
Main d’OEuvre Immigrée (MOI) contrôlait à distance de tels groupes
et comment celui de Bourgogne, le détachement Léningrad,
reçut en permanence le soutien, parfois conflictuel, de l’organisation
FTP-MOI des mineurs polonais du bassin montcellien. Ses
relations parallèles avec la résistance gaulliste ne sont pas le point
le moins surprenant de ce livre.

Maquisards russes en Bourgogne, histoire du détachement Léningrad 1943-1944, Gérard Soufflet, éd. de L’Armançon, avril 2016 préfacé par Jean-Marc Berlière

Lire la préface : Préface  » Maquisards russes en Bourgogne « 

Pour aller plus loin, rendez-vous sur le blog de Gérard Soufflet :

Résistance polonaise en Saône-et-Loire

logo