Table ronde au 19ème Rendez-vous de l’Histoire/Blois Octobre 2016

table-ronde-blois-2

(Crédit photo : rdv-histoire.com)

L’association HSCO sera présente au 19ème Rendez-vous de l’Histoire, dans le cadre du Festival Partir à Blois :

Table ronde de  l’association HSCO avec la participation de Gilbert Moreux, Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, Xavier Laroudie

Samedi 8 octobre 2016 de 16h00 à 17h30 à l’Ecole du Paysage, 9 rue de la Chocolaterie 41000 Blois

Pour plus d’informations, cliquez sur le lien ci-dessous :

Table ronde/Rendez-vous de l’Histoire Blois 2016

 

Maisons closes, marlous et quai des orfèvres

les-maisons-closes-parisiennes-des_1-diaporama

(Crédit photo : 20minutes.fr)

La police des mœurs, de Jean-Marc Berlière

UN VINTAGE BERLIÈRE, réédité CHEZ PERRIN

Un bonheur pour ceux qui veulent découvrir un job sympa au chaud, dans une niche policière.
Ce n’est pas la police au balcon ou à Notre Dame des Landes, mais la police des trottoirs des boudoirs et des boxons, du temps jadis.
Du cocasse et du sordide.
Du sexe, du sang, de la coca et du pognon.
Des hyperliens entre les maisons closes, les marlous et le quai des orfèvres.
Les alcôves et la politique.
L’auteur qui sait vous dérouler des mots à en couper le souffle, s’est régalé pour régaler ses lecteurs.
Rien de nouveau sous le soleil ?
À lire sur une plage cet été.

Gilbert Moreux

9782262065287

La police des moeurs

Des Russes à Poil ?

DES MAQUISARDS SOVIÉTIQUES À POIL ET OUBLIÉS DANS LE SUD MORVAN

poil morvan
(source : poil-morvan.fr)

La lecture terminée du livre de notre ami Gérard Soufflet, « MAQUISARDS RUSSES en Bourgogne», je me gratte la tête, perplexe.
DES RUSSES  À POIL ?
Surréaliste !

Je suis passé à Poil dans mes périples historiques nivernais, quand je rendais visite au Musée de la Résistance de Saint-Honoré-les-Bains.
Je n’ai rien vu, rien su.

La tombe d’un résistant russe,  signe pourtant , aujourd’hui, cette réalité d’hier.
C’est à Poil que le fameux maquis Louis, du nom de son chef, un anglais parachuté s’est un temps installé.  « Ce maquis Louis eut une telle réputation que les Allemands ne l’attaquèrent jamais et qu’on le recommandait. Son influence est allée jusqu’à Saint-Honoré-les-Bains, communes de Luzy, Millay, Chiddes et Villapourçon. » raconte Jacques Canaud  « le grand spécialiste des maquis du Morvan ». Qui dit mieux  dans la légende?

Canaud ignore les maquis  russes qui allaient et venaient dans ces cantons du Sud-Morvan de la Nièvre en 1944 !
D’ailleurs tous les  auteurs des récits la Résistance dans la Nièvre les ignorent.
Même Hubert Verneret dans la brochure « Le Maquis Louis et la bataille d’Autun journal d’un maquisard » éditée par Camosine en 2008, fait silence sur ces combattants venus de l’Est, prisonniers des Allemands, évadés de leur camp de travail en France, orientés vers une filière d’accueil du Parti communiste et installés dans  le groupe F.T.P. M.O.I.

J’ai rassemblé sur mon bureau tout ou presque de la littérature historique spécialisée sur le «  Hérisson du Morvan » ce lieu de passage obligé des troupes allemandes en retraite. Rien sur les Soviétiques.
Je me suis mis sur les rangs de ces historiens ignorants puisque j’ai produit un court récit sur « Le Morvan des Colonels », 4è partie de mon livre « Dans le labyrinthe des secrets de la Libération » éditions AàZ 2011.

Puis j’ai plongé dans le Cloud de mon Mac à la recherche de documents dispersés.
-« Ничего, никаких следов »-   ce qui en russe veut dire : « Rien, aucune trace »
Qui donc avait intérêt à gommer leur présence ?

Ces maquisards soviétiques, comme beaucoup d’autres, ont bien laissé quelques cicatrices moins glorieuses dans les fermes visitées, à la recherche de vivres  ou d’argent. Là encore, peu de bruit s’est imprimé dans les mémoires polluées par des craintes  qui sans doute encore perdurent.

J’ai perçu chez l’auteur un certain sentiment de tendresse pour ces jeunes combattants abandonnés par la France, enterrés sous la terre de Bourgogne ou repris par une mission militaire soviétique qui leur a demandé de rudes comptes et offert de durs destins.
Le détachement « Leningrad » effectue un  sobre retour  dans l’Histoire de la France résistante.

Le livre de Gérard Soufflat  vaut le voyage.Avec cet ouvrage comme guide. je vous recommande aussi d’aller à Poil, cette petite commune  au pied du Mont Beuvray, visiter son cimetière, vous incliner sur la tombe de ce soldat venu du froid et  monter jusqu’à Bibracte, en choisissant la journée gauloise… ou bien vous rendre à Château-Chinon et visiter le musée François Mitterrand.

Dans ce Sud-Morvan la nature y est très  belle au printemps, et l’Histoire riche d’épopées qui remontent à nos ancêtres les Gaulois.

Gilbert Moreux

===========================================================================================================================================================
DONATION AU MUSÉE DE LA RÉSISTANCE DE SAINT-HONORÉ LES BAINS

INVITATION

Musée de la Résistance
Éditions AàZ
1 rue Joseph Duriaux 18300
58360 St Honoré les Bains
Sury en Vaux

Le 15 Mai 2012

Mardi 5 Juin, à 11 heures,

Gilbert Moreux, historien, auteur du livre « Dans le Labyrinthe des secrets de la Libération, résister aux vérités convenues » fera don au Musée de la Résistance de Saint Honoré les Bains, de la copie du rapport de Colonel HUTCHISON, héros de la Résistance,commandant d’une mission Jedburgh parachutée dans le Morvan,

Ce rapport fait partie du fonds Jean de Vogüé, déposé aux Archives Nationales. Le don est fait avec l’autorisation du propriétaire, Patrice de Vogüé.

L’auteur fera une brève intervention sur l’intérêt historique de ce rapport adressé en Octobre 1944, par Jean Lebaudy, à Jean de Vogüé, un des trois dirigeants du COMAC, Comité d’action militaire, créé en février 1944, pour diriger les Forces françaises de l’intérieur(FFI).

Nous avons le plaisir de vous inviter à cette cérémonie qui sera suivie d’un vin d’honneur et vous adressons nos salutations distinguées.

Mr Jault Mme Sylvie Balland

=========================================================================================================================================================
Une copie du rapport du lieutenant-colonel Hutchinson au musée de la Résistance

PHOTO ST HONORÉjpeg

Gilbert Moreux remettant le rapport Hutchinson à Norbert et Luce Jault.

(crédit photo : lejdc.fr)

Article paru dans le JDC du 8 juin 2012 par Paule Gauthé-Ranty

Lieutenant-colonel Hutchinson Musée de la Résistance

Info publication membre : pavé explosif dans le marais Guingouin

Un seul châtiment pour les traîtres Xavier Laroudie

Xavier Laroudie lance un pavé explosif dans le marais Guingouin

Un gros pavé intitulé « Un seul châtiment pour les traîtres » publié par Geste éditions. À prendre à pleines mains. Sans pincettes.
Arrivé dans ma boîte à lettres j’ai commencé la lecture du livre et vous le recommande déjà. Il vaut le voyage.

Préfacé par Jean-Marc Berlière, professeur émérite d’histoire contemporaine et lanceur d’alerte sur l’épuration sauvage à la Libération, plus importante que ne le présente le bilan des enquêtes officielles.

Xavier Laroudie le prouve par sa chasse aux documents, aux archives et dans les états civils des communes de la Haute Vienne. Un travail de Romain. Dix années à débusquer les omertas, les légendes épiques et les cadavres d’inconnus, jetés dans des « fosses secrètes à proximité de maquis sulfureux ».

La balle dans la nuque signait le châtiment.
On sait que la Résistance dans le Limousin c’était d’abord Guingouin, « le préfet du Maquis » de « la petite Russie ».
Mais ce n’était pas que Guingouin chassé par le Parti communiste, puis rattrapé et repris dans la maison rouge peu d’années avant sa mort.
L’auteur se garde bien de jeter « le bébé avec l’eau du bain ». Il sait distinguer l’ivraie et le bon grain des authentiques résistants de ces temps troubles de la Libération. Son pavé va déranger les propriétaires du Marais qui vont le lui faire savoir bruyamment. Attendons nous à les voir bondir au dessus des roseaux et brandir le chiffon rouge du dénigrement de la Résistance et des Résistants. On connait.

Dans la préface, Jean-Marc Berlière signale le dernier livre (1) où Pierre Daix, ardent militant communiste, déporté à Mauthausen à 17 ans, rédacteur en chef des Lettres Françaises, collaborateur d’Aragon et ami de Picasso, « appelle de nouvelles générations d’historiens […] à en finir avec tous les dénis de mémoire qui subsistent, les oublis et les arrangements de bienséance ».

Xavier Laroudie, à son insu, répond à cet appel, et de belle manière !

Gilbert Moreux

Un seul châtiment pour les traîtres

1 « Les combattants de l’impossible, la tragédie occultée des premiers résistants communistes », Pierre Daix, éd. Robert Laffont 2013 p 220

Les combattants de l'impossible Pierre Daix

Dis moi comment tu causes de l’Occupation, de la Résistance et de la Libération, et je te dirai qui tu es.

Ces mots qui nous tombent dessus comme la grêle au printemps

Auteur : Jean-Marc Berlière

Introduction : Gilbert Moreux

mots mots

Dans la tempête informatique des médias, il pleut des mots dans les cerveaux que la toile-web emporte en laissant des traces.

Vitesse et  concurrence obligent.

Mots savants, mots fléchés, croisés, tordus, mots imprécis, flous, inexacts, mots-chocs  qui semés à la cantonade produisent les fruits amers de la confusion des esprits.

Les historiens qui ont le temps et la connaissance ne sont pas, quant-au passé présenté aujourd’hui, à l’abri de ces dérives.

C’est le combat continu de notre ami l’historien Jean-Marc Berlière, que nous faisons nôtre à HSCO.

Dis moi comment tu causes de l’Occupation, de la Résistance et de la Libération, et je te dirai qui tu es.

C’est parce ce que J.M Berlière a causé autrement de cette période, un jour, dans le quotidien Le Monde, que je l’ai rencontré. Il a ouvert un champ d’espérance dans ma recherche balbutiante.

J’invite tous les amoureux des mots de l’Histoire, à lire, crayon à la main le texte  repris de la lettre aux amis de la police et de la gendarmerie ( 2013/3) qu’il nous offre  ci-dessous.

Gilbert Moreux

Président

Lire la suite :

Ces mots qui nous tombent dessus PDF

 

Lettre d’information 11 janvier 2016

Les travaux de nos membres actifs

Un commissaire divisionnaire honoraire pointe du doigt les failles des services de renseignement dans la traque des tueurs de Charlie Hebdo. Passionnant et inquiétant à la fois. À lire dans la « Lettre aux amis de la police et de la gendarmerie N° 1 2016 » de Jean-Marc Berlière, membre fondateur d’HSCO.

lettre amis police front

Lettre aux amis de la police 01 2016

Dans la même lettre : « Des archives s’ouvrent » Excellente nouvelle pour les historiens de la période de l’Occupation , donc spécialement pour ceux d’HSCO.

Remerciements pour les historiens qui sont intervenus auprès du Président de la République, pour donner un « coup de pouce ».

Arrêté du 24 décembre 2015 portant ouverture d’archives relatives à la Seconde Guerre mondiale

PDF Arrêté du 24 décembre 2015

« Les inconnus de l’Affiche Rouge » Un commissaire de police, Franck Martineau assassiné en juillet 1943. La photo de son corps criblé de balles se retrouve sur l’Affiche rouge qui a immortalisé les résistants communistes du groupe Manoukian.

inconnus affiche rouge

« Les inconnus de l’Affiche Rouge » aux éditions Libre Label

Frank Martineau, commissaire de police de Gonesse a laissé une veuve et cinq enfants en bas âge. Un de ses cinq enfants a cherché pendant dix ans comment et pourquoi son père avait été tué. Une recherche dans le labyrinthe des mensonges officiels, des légendes et des rumeurs. Un livre de la collection « Récits de vie » aux éditions « Libre Label ». Franck Martineau a été reconnu « victime du devoir ». Un récit avec du cœur filial dans l’ouvrage.

Dans les légendes de l’Histoire

Un nouveau livre sur l’Orchestre rouge intitulé « La véritable histoire de l’Orchestre rouge » par Guillaume Bourgeois (éditions Nouveau monde 2015). Un histoire d’espionnage de haut vol, d’un agent soviétique retourné, de désinformation, de double jeu. Une enquête dans les archives russes, américaines et allemandes. Du travail d’historien qui remet en question le récit de Gilles Perrault, fabricant de la légende en 1967. L’histoire revue et révisée, à la lumière d’une sérieuse recherche qui fissure le récit légendaire du premier écrivain. Trepper, l’espion communiste n’était pas le héros de la légende. Il a su dénoncer quelques uns de ses petits camarades, et non des moindres.

la-veritable-histoire-de-lorchestre-rouge

« la véritable histoire de l’Orchestre rouge » aux éditions Nouveau Monde

Gilbert Moreux